Historique

Il était une fois…

Dès la fin des années 70, des enseignants, une équipe paramédicale et des éducateurs œuvrant dans un institut d’enseignement secondaire spécialisé accueillant des enfants présentant une déficience mentale légère, modérée ou sévère se sont posés la question du devenir de ces derniers.

Afin d’assurer à ces enfants un avenir, un lieu leur permettant de poursuivre leur développement cognitif, social et affectif et ainsi de progresser vers une autonomie toujours plus grande, ils ont rassemblé des forces vives de la région pour créer une structure pour adultes.

Des personnes politiques et des élus communaux de diverses entités se sont intéressés au projet. Toutefois, c’est à Farciennes que la détermination était la plus forte. La commune mit à disposition de l’équipe ses terrains dits « de la ferme Quarré » et fut porteuse du projet de construction de l’établissement.

En 1998, le premier Conseil d’Administration de l’asbl « Le CHAF » avait défini ses objectifs et formulait le cadre général d’un projet pédagogique dans les termes suivants :

  • maintenir et développer les acquis d’autonomie et de socialisation qui ont été le résultat d’un long travail de patience au sein des institutions fréquentées jusqu’à 21 ans ;
  • s’efforcer, grâce au caractère familial du service, d’apprendre aux personnes présentant un handicap à vivre les rapports sociaux élémentaires régissant toute communauté ;
  • étendre les acquis de socialisation par des rapports avec la population locale ;
  • réconcilier la personne présentant un handicap avec elle-même, lui faire psychologiquement accepter sa différence, la valoriser en lui faisant prendre conscience du rôle utile qu’elle peut jouer dans la société, la rassurer et rassurer ses proches quant à la prise en charge de son avenir.

Dans cette optique, le projet du CHAF se veut d’être un projet de solidarité entre tous les citoyens mais aussi de solidarité des personnes présentant un handicap entre elles.

L’histoire du CHAF se construit chaque jour au sein des différentes structures et résulte d’un projet pédagogique commun.

Le service d’accueil de jour pour adultes a ouvert ses portes le 1er octobre 1998, son équipe éducative a alors réfléchi et construit les premières bases du CHAF.

En janvier 2000, le service résidentiel pour adultes ouvrait et venait quelque peu perturber les routines et la quiétude du service d’accueil de jour. Il est vrai que les résidents accueillis au service résidentiel présentent des problématiques plus importantes et ont mis à l’épreuve les équipes éducatives naissantes.

L’histoire, aujourd’hui, est celle de l’adaptation des différents services aux forces et aux besoins de la population accueillie.

Valeurs qui fondent le travail

  • L’ensemble des membres du personnel considère chaque personne accueillie comme une Personne à part entière.
  • L’amélioration de la qualité de vie de chacun des bénéficiaires est à la base de chaque réflexion.
  • La solidarité et l’acceptation d’autrui fondent le travail au CHAF. Ces valeurs sont sollicitées au sein du personnel comme chez les personnes adultes présentant un handicap mental.

Si ces valeurs existent vraiment, elles doivent se vivre au quotidien et être partagées par tous.

L’acceptation de la différence est un premier pas vers la tolérance et la solidarité. Ainsi, prendre conscience des difficultés et des défauts, des qualités  et des capacités d’autrui, nous aide à ne pas le refuser et à nouer de meilleures relations avec cette personne.

Ce principe entend servir de base à une vie communautaire harmonieuse, prémices d’une vie sociale plus large et d’une intégration dans la société. Il est relié à d’autres valeurs comme, le respect des personnes et des lieux, la construction d’une « vraie » qualité de vie, la constitution et le respect au quotidien de règles de vie, l’établissement et le maintien de la sécurité, l’avènement de la confiance, l’épanouissement personnel, l’accès au plaisir et à une vie plus heureuse.

Quelques autres principes …  Pour humaniser le service et aller vers une constitution du code éthique

Chaque personne accueillie au CHAF est l’enfant de quelqu’un ou le proche parent de quelqu’un, et dans ce sens chacune mérite notre plus haut intérêt

  • Nous respectons la religion et les options philosophiques des personnes accueillies au CHAF et celles de leur famille. Ceci influence des choix alimentaires ou médicaux pour ces personnes.
  • Les personnes accueillies au CHAF y sont pour longtemps, même si elles présentent des troubles du comportement voire un double diagnostic. L’acceptation par tous, résidents et éducateurs, prime sur la difficulté.
  • C’est d’abord l’institution et l’équipe éducative qui doivent s’adapter à la population accueillie. Tout est mis en œuvre pour que la personne trouve sa place.
  • Nous demandons aux familles le plus grand respect du « chez soi » des personnes adultes handicapées mentales accueillies au CHAF. Certaines de ces personnes y sont domiciliées. Ainsi, lorsqu’une famille vient au CHAF, elle entre dans le domicile de ces personnes et non pas seulement dans le lieu de vie de leur enfant ou de leur proche.